Le Léopard de Jo Nesbo

Pas de panique : on ne vous sortira pas le couplet sur la littérature qui vient du froid. On ne prononcera pas les mots Millenium, Mankell ou Indridasson. Simplement parce que Nesbo est en train de se hisser au niveau des meilleurs… mondiaux. Avec Le Léopard, nouvelle aventure de son flic récurrent Harry Hole, Nesbo continue d’impressionner par sa maîtrise sidérante du thriller. De quoi s’agit-il ? Une traque morbide et aventureuse qui balade le lecteur de Hong Kong à Oslo en passant par l’Afrique noire… Comme souvent (remember le conventionnel Sauveur), sur le papier Le Léopard a un goût très classique. Un flic miné, un serial killer malin et cintré, des fausses pistes en pagaille.  Rien de neuf sous le soleil ? Le bouquin aurait même un peu de mal à démarrer : les scènes du début à Hong Kong sont lentes; la mise en place de l’intrigue prend son temps… Mais quand ça démarre, ça ne s’arrête plus. Et la prose de Nesbø fascine. Il faut lire la page 66 – celle où Harry se bat dans les chiottes d’un hopital – pour mesurer le savoir-faire ahurissant de Nesbo, son pouvoir renversant de mise en scène et son talent d’écriture cinématographique (un concept rabaché qui prend ici tout son sens, juré).
Le plus étonnant, c’est que Nesbo tient la distance. 750 pages tout de même, avec une vraie manière. D’abord, il y a ce sens du rythme, évident. En bon fan de rock, Nesbo la joue binaire. Il alterne piétinements et accélérations fulgurantes, séances de brainstorming et scènes d’action, dialogues qui claquent et big bang intérieur. Et puis il travaille ses personnages avec une attention quasi-obsessionnelle… Que ce soit les flics qui entourent Hole (tous parfaits), ses ennemis, mais aussi les victimes qui en quelques pages prennent une épaisseur de folie.
Et puis il y a Harry. Un personnage au fond du Hole, qu’il humanise en le détruisant progressivement. Il faut voir Harry jetlagué, enterré vivant sous une avalanche, se briser la machoire pour s’échapper d’un piège redoutable… La mise à nu de son héros passe par une déchéance physique. En cela, Nesbo pourrait être le cousin mainstream de Ken Bruen. Sauf que le suédois suit les rails d’un page turner affolant. C’est la force de Nesbo. Cette incroyable propension à faire dérailler la machine thriller pour sonder les émotions et l’humanité de ses personnages. Une rencontre déchirante avec son père mourant, le besoin pathologique d’un petit coup d’opium, cette incapacité à tisser du lien affectif… Si vous vous demandez pourquoi Nesbo est le plus grand, toutes les réponses sont dans ce Léopard-là !

Publicités

Étiquettes : , , , ,

4 Réponses to “Le Léopard de Jo Nesbo”

  1. cynic63 Says:

    Ah mais moi j’aime beaucoup Indridason…Par contre, en effet, Mankell et Stieg Larsson…Pas vraiment

  2. Isa Says:

    je suis tombée par hasard sur ton article et je me dis que je ne fais vraiment pas bien mon taf! je suis complètement passée à côté de ce nouveau titre… et je me dis « fan » de cet auteur..
    pourtant je vais en librairie tous les 15 jours… comment ai je pu le rater..
    bref!
    ce livre fera partie des prochains achats de la bib.

    • darkpassages Says:

      Bon, je dois avouer : j’ai eu le livre en avant-premiere. Un incroyable ride pendant plus de 700 pages. Denses, incroyablement maitrisées… Surtout le premier livre de la série qui explore vraiment les arcanes du personnage principal, le génial Harry Hole

      • Isa Says:

        hey mais moi aussi je le veux en avant première ^^
        hâte de le lire!
        750 pages…
        l’occasion de voir s’il y a vraiment des passionnés parmi les lecteurs à qui je proposerai ce livre 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :